Home > Qui sommes nous

L’association Harambee Africa International, créée lors de la canonisation de Josémaria Escriva (http://www.opusdei.org/it-it/section/san-josemaria/), fondateur de l’Opus Dei, s’investit dans la promotion de projets éducatifs en Afrique et dans toute initiative qui œuvre pour l’image positive de l’Afrique : des réalisations pour le développement en Afrique Subsaharienne et des activités de communication et de sensibilisation partout dans le monde qui permettent une approche encourageante de la culture africaine.

Attachés à l’idée que l’avenir du continent africain est déjà dans la semence précieuse et porteuse de fruits qui gît dans le coeur et les esprits des enfants, nous tenons à rassembler nos efforts et nos énergies dans le domaine de l’éducation, là où ces cœurs et ces esprits vont pouvoir rêver, et préparer le terrain pour que cette semence germe vigoureusement et le plus tôt possible.

Saint Josémaria Escriva de Balaguer, avec l’expérience que les saints ont de l’humanité, disait que la famille et l’éducation sont l’enjeu de l’avenir d’un peuple. Aussi, est-ce à l’école que la famille et l’éducation trouvent naturellement leur point de convergence pour asseoir les bases du futur.

De ce fait, c’est l’école qui retient essentiellement notre attention: elle est le creuset de la réalisation humaine, le meilleur endroit pour “cultiver” le terreau fertile et réceptif des coeurs et des esprits de la jeunesse africaine. Et c’est là, en fait, que nous pouvons trouver les trois principes acteurs du développement social : les enseignants, avec leur professionnalisme et leur dévouement ; la famille, fondement de la société et les enfants, avec leur talent, leur soif de connaître et leur émerveillement devant le monde.

Cependant, parler de l’école ne suffit pas. Il faut fuir la tentation facile de l’activisme et se pencher plus sérieusement sur ce que la dignité de l’homme et de la femme réclame. L’aide apportée ne saurait se limiter à l’analyse sociologique du sous-développement parce qu’il est nécessaire de percevoir les nécessités intangibles sous-jacentes.

C’est pourquoi nous avons frappé notre devise « faire école et non pas faire des écoles ». Ne pas se contenter de bâtir des immeubles, mais transmettre aux maîtres africains les connaissances pédagogiques qui font que la tâche de l’éducation soit authentique : éduquer, e-ducere, « tirer de » et se servir de toutes les ressources de l’intelligence et de l’esprit créatif de chaque enfant.

C’est aussi la raison pour laquelle nous encourageons tous les projets qui visent directement à l’efficacité et à la répercussion incisive de l’enseignement dans son rôle social en Afrique : former des maîtres et fournir du matériel scolaire aux écoles rurales, transmettre des techniques pédagogiques innovantes pour les jeunes, permettre la croissance sociale et culturelle des garçons et des filles.

Nous sommes conscients que les défis les plus durs à relever ne sont pas en Afrique mais bel et bien en Occident : trouver chez vous tous qui nous avez rencontrés et chez beaucoup d’autres, des collaborateurs et des alliés qui, comme nous, se sentent concernés par des investissements non pas dans des biens matériels, mais dans ce patrimoine intangible et précieux  des intelligences d’Afrique. Ne pas investir dans ce qui saute aux yeux et ne change rien, mais en ce qui ne se voit pas et qui est cependant la clé de voûte du changement d’un peuple et d’un continent.

De ce fait, grâce au travail des comités d’Italie, de France, d’Espagne, du Portugal, de l’Irlande et des Etats-Unis, Harambee s’investit, à travers des conférences, des expositions, des événements culturels, dans la diffusion d’une information plus profonde et authentique des valeurs de l’Afrique, pour dépasser les stéréotypes, en regardant, un par un, d’un œil nouveau, les gens en Afrique, les hommes et les femmes.

Giovanni Mottini
Président du Comité Culturel d’Harambee

Giovanni Mottini
Presidente Comitato Culturale Harambee

Firma del Presidente di Harambee